Reconnu internationalement depuis la fin des années 80 dans le domaine de la mode, Martin Margiela s’est attaché, durant sa carrière de créateur, à en bouleverser les codes et à proposer de nouvelles expériences. A l’espace Lafayette Anticipations, il montre qu’il a toujours été un artiste dans l’âme. Déroutant.

Lafayette Anticipations (fondation d’entreprise Galeries Lafayette) invite le créateur de mode Martin Margiela à prendre possession de ses espaces jusqu’au 2 janvier 2022. Entre installations, sculptures, collages, dessins, peintures et film, l’exposition Martin Margiela présente plus d’une quarantaine d’oeuvres inédites qui défendent toute l’idée que ce créateur de mode a toujours été un artiste. Une découverte surprenante qui se vit comme une expérience !

Reconnu internationalement depuis la fin des années 80 dans le domaine de la mode, Martin Margiela s’est attaché, durant sa carrière de créateur, à en bouleverser les codes et à proposer de nouvelles expériences au travers de défilés, de matières et de silhouettes conceptuelles et esthétiques. Né en 1957 en Belgique, Martin Margiela se passionne pour le dessin dès l’âge de 12 ans. A 16 ans, il suit – et ce pendant trois ans – les cours de formation artistique de l’école Sint-Lukas à Hasselt (Belgique), puis entre au département Mode de l’Académie royale des beaux-arts d’Anvers en 1977. Il travaille ensuite en free-lance en Italie puis en Belgique avant de rejoindre Paris où il devient premier assistant de Jean Paul Gaultier de 1984 à 1987.

Maison Martin Margiela voit le jour en 1988. Son style est unique et avant-gardiste, loin des repères traditionnels, il est le premier à instituer le recyclage dans ses créations en utilisant des chaussettes de l’armée, des vêtements chinés aux puces et des emballages plastiques. Les lieux choisis pour ses défilés sont anticonformistes : une station de métro désaffectée, un entrepôt SNCF, un terrain vague… Il crée des liens avec le monde de l’art grâce à l’exposition de ses créations à la galerie Thaddaeus Ropac (Paris) ou dans des institutions (BOZAR, Museum Boijmans Van Beuningen, Haus der Kunst, le LACMA et la Somerset House). En 1997, tout en continuant sa griffe, il est nommé directeur artistique du prêt-à-porter féminin d’Hermès jusqu’en 2003. En 2008, il abandonne la mode après le défilé des vingt ans de maison Martin Margiela pour se consacrer exclusivement aux arts visuels. Et comme pour la mode, où le créateur a toujours cultivé l’anonymat (on ne connait pas son visage), il restera aussi mystérieux pour l’art.