Christian Dior aimait les fleurs. Du jardin de sa maison de Granville au podium des défilés, en passant par ses parfums, la rose est demeurée tout au long de la vie du couturier au coeur de sa création. L’exposition « Dior en roses » est prolongée jusqu’au 2 janvier 2022.

C’est à la plus prestigieuse des fleurs, qui fut aussi l’une des favorites du couturier, qu’est consacrée l’exposition Dior en roses dans sa maison d’enfance, la villa Les Rhumbs à Granville. Faisant la part belle à l’une des plus belles fleurs et à l’une des couleurs aux nuances les plus variées, l’exposition offre une lecture originale des créations de Christian Dior par rose(s) interposé(es).

Si la rose inspire la silhouette de femme-fleur, d’abord rêvée dans le jardin de Granville avant d’éclore en 1947 lors du premier défilé de la maison de couture qui porte son nom, elle entre aussi dans la composition des parfums inventés dès 1947, dont le premier d’entre eux, Miss Dior. Depuis 1997, le musée propose chaque année une exposition sur un thème différent apportant un éclairage nouveau sur la vie de Christian Dior et sur les créations de sa maison de couture depuis sa fondation à Paris, avenue Montaigne, en 1946 jusqu’à aujourd’hui.

En 2021, c’est à la plus prestigieuse des fleurs autant qu’à l’une des couleurs favorites du couturier qu’est consacrée l’exposition Dior en roses. Du jardin jusqu’au 2e étage, cette fleur emblématique est en majesté sur une soixantaine de modèles haute couture, d’accessoires, d’œuvres d’art et d’objets d’art décoratifs. En écho aux collections parées de rose(s) au sein de la maison, un parterre de roses « Jardin de Granville » qui vient d’être planté se déploie sur la grande pelouse visible depuis le jardin d’hiver de la villa.

Cette thématique est « un sujet presque naturel », explique la conservatrice et commissaire de l’exposition Brigitte Richart qui précise : « cette année les parfums Dior ont fait l’acquisition sur une commune voisine de terrains destinés à la production de roses ».